Biosimilaires - Du nouveau sur l'interchangeabilité au cours du traitement

Actualité
Date de publication
Le développement des médicaments biosimilaires et les possibilités d’y recourir constituent des enjeux essentiels d’efficience et de la qualité de la prise en charge dans les prochaines années.
Corps de texte

Evolution du cadre législatif qui régit la prescription des médicaments biosimilaires, l’interchangeabilité peut désormais être réalisée à tout moment du traitement. Un médicament biosimilaire peut donc être prescrit à tout moment du traitement. Ainsi la prescription des médicaments biosimilaires devient comparable à celle des autres médicaments biologiques, que ce soit à l’initiation ou au cours d’un traitement.

La prescription d’un médicament biosimilaire induit la même obligation d’information du patient ou de traçabilité que les médicaments biologiques de référence, mais aucune obligation supplémentaire.

L'instruction du 3 août 2017 fixe la définition des médicaments biosimilaires et clarifie le nouveau cadre législatif applicable à leur prescription. Elle fixe également les objectifs à rechercher pour leur promotion et liste plusieurs actions pouvant être déployées dès cette année :

  • les initiations de traitement, au sein d’un groupe biologique similaire, sont réalisées dans plus de 70% des cas avec un médicament biosimilaire, plutôt qu’avec le médicament biologique de référence
  • lorsque deux stratégies thérapeutiques équivalentes sont disponibles, une préférence doit être appliquée pour la plus efficiente d’un point de vue médico-économique, notamment lorsque l’une des stratégies dispose d’un médicament biosimilaire.

Fiche de bon Usage de la HAS (novembre 2017)

 

Aller plus loin

Documents à télécharger