Politique de lutte contre l'antibiorésistance

Article
Visuel
Personnes rejoignant leurs mains
Crédit : Fotolia
Cet article présente les politiques de santé publique mises en place dans le domaine de l'antibiorésistance.
Corps de texte

Politique nationale

Programme et plan nationaux :

Le rapport du G20 et le plan de lutte européen, appellent les gouvernements à la mise en place de plans d'actions nationaux. En France, plusieurs plans ont déjà été mis en place par le passé, le dernier étant le plan 2011 - 2016.

En 2016 un Comité Interministériel pour la Santé avait été établi sur la problématique de l'antibiorésistance, 330 millions d’euros ont été mobilisés pour les 5 ans à venir :

L'antibiorésistance concerne également: le programme national d’actions de prévention des infections associées aux soins (PROPIAS)  dont l’axe 2 est consacré au renforcement de la prévention et de la maîtrise de l’antibiorésistance dans l’ensemble des secteurs de l’offre de soins (ville, établissements de santé et médico-sociaux)

L'instruction du 19 Juin 2015 définie qu'au niveau régional, la politique de bon usage des antibiotiques est pilotée par l'Agence Régionale de Santé. L'ensemble des missions y sont détaillées :

ANSM : les antibiotiques "critiques" :

Un travail d’identification des antibiotiques considérés comme "critiques" a été coordonné par l’ANSM en lien avec un groupe d’experts pluridisciplinaire. Il a donné lieu à un rapport qui alimente les réflexions des partenaires du plan national antibiotiques sur les mesures d’encadrement à envisager. Ce rapport liste des antibiotiques qui pourraient être considérés comme "critiques" sur la base de considérations scientifiques et de santé publique :

III- En vue d'assurer la mise en œuvre du programme mentionné au 1° du I et des préconisations mentionnées au 4° du I, le représentant légal de l'établissement de santé désigne, en concertation avec le président de la commission médicale d'établissement dans les établissements de santé publics ou la conférence médicale d'établissement dans les établissements de santé privés, un référent en antibiothérapie. Ce référent assiste la commission médicale d'établissement ou la conférence médicale d'établissement dans la proposition des actions de bon usage des antibiotiques et l'élaboration des indicateurs de suivi de mise en œuvre de ces mesures ; il organise le conseil thérapeutique et diagnostique dans l'établissement. Une même personne peut assurer cette fonction au sein de plusieurs établissements de santé dans le cadre d'une action de coopération.

2 ème journée des référents antibiothérapie de Lorraine, Octobre 2016

Rapports nationaux :

Le rapport d'analyse sur la préservation des antibiotiques a été rédigé par le Dr J. Carlet (médecin pathologie infectieuse et tropicale et président de la WAAAR World Alliance Against Antibiotic Resistance) suite à la demande de la ministre des affaires sociales et de la santé, Mme Marisol Touraine :

Rapports internationaux :

Le gouvernement britannique a confié à l'économiste Jim O' Neill d'établir une revue de la résistance bactérienne afin de proposer des axes de politiques de santé dans la lutte contre l'antibiorésistance.

Aller plus loin